... y reinventarse en Sherbrooke

miércoles, 17 de octubre de 2007

Noticias para los médicos. Publicado hoy en La Presse

A continuación transcribo el artículo:

Règles moins strictes pour les médecins étrangers
Pascale Breton
La Presse
Le Collège des médecins assouplit ses règles pour faciliter le travail des médecins diplômés à l'étranger. Les professionnels qui détiennent un permis restrictif pourront maintenant espérer obtenir un permis ordinaire.
Mais il n'y aura pas plus de médecins dans le réseau de la santé. La décision du Collège des médecins ne change pas la situation des nombreux médecins formés à l'étranger qui tentent de faire reconnaître leurs compétences afin d'obtenir un permis de pratique au Québec, qu'il soit restrictif ou non.La rigidité des permis restrictifs était dénoncée depuis longtemps par les médecins. Il y a quelques semaines, le Dr Georges Haddad, qui travaille au Québec depuis 17 ans, était sorti sur la place publique pour critiquer cette façon de faire, qui obligeait les médecins à renouveler leur permis restrictif chaque année.Après cinq ans de travail dans un établissement en région, les médecins pourront maintenant obtenir un permis de pratique sans restriction. «Avant, les médecins ne pouvaient pas passer au permis de pratique sans restriction. Ils étaient restrictifs à vie», a souligné hier le président et directeur général du Collège des médecins, le Dr Yves Lamontagne.Avec le permis restrictif, le médecin était obligé de travailler uniquement à l'hôpital qui le parrainait et ce, dans une région où il manquait de médecins.Désormais, il pourra aussi travailler dans les cliniques médicales et les groupes de médecine de famille (GMF), en plus de dépanner dans les hôpitaux d'autres régions.«Ces médecins ne régleront pas à court terme la pénurie de médecins, mais ils vont augmenter sans aucun doute l'accessibilité à un médecin de famille ou à un spécialiste», a ajouté le Dr Lamontagne.Avec les assouplissements annoncés par le Collège des médecins, 175 des 389 médecins diplômés à l'étranger qui sont titulaires d'un permis restrictif peuvent immédiatement obtenir un permis normal parce qu'ils travaillent depuis plus de cinq ans au Québec.«Nous sommes très heureux», a lancé hier le président de l'Association des médecins avec permis restrictifs, le Dr Jean-Luc Monfrais.Cette annonce ne change toutefois rien au sort des médecins diplômés à l'étranger qui n'ont pas de permis. Ces médecins doivent passer les examens reconnaissant leurs compétences, en plus d'effectuer un stage de résidence dans un hôpital.Le printemps dernier, plusieurs d'entre eux avaient dénoncé le fait qu'on leur a refusé un poste de résidence cette année. Et ce, bien que plus de 80 postes soient restés vacants.Hier, ils sont revenus à la charge auprès du Collège des médecins. «C'est un pas dans la bonne direction, mais ça ne va pas amener de nouveaux médecins dans le réseau de la santé demain», a commenté le Dr Comlan Amouzou, au nom de la Coalition des associations de médecins diplômés à l'étranger.

No hay comentarios:

Nos estamos viendo!

Web Pages referring to this page
Link to this page and get a link back!